Premières impressions en Corée du Sud

Commençons par le début. Je venais d’arriver à Busan en ferry depuis Fukuoka au Japon, traversée très agréable en six heures environ et surtout moins cher que de prendre l’avion.

Arrivée à Busan au coucher du soleil

Bref j’arrive à Busan au coucher du soleil et voilà le comité d’accueil:

Des CRS partout ! Sur la photo ils étaient en train de casser la croûte à l’entrée du métro, mais il y en avait autant dehors. J’ai jamais su pourquoi.

Je prend le métro direction Gwangalli beach, car j’avais repéré plusieurs adresses sur Hostelworld dans ce coin. Je vais directement au Indy House Hostel où je tombe sur deux françaises qui étaient là pour le festival du cinéma de Busan. La fille de la réception me confirme le truc et me dit qu’il n’y a plus aucune chambre de libre à cause du festival et que le seul endroit où je peux passer la nuit est un spa, appelé jimjilbang en coréen. Donc me revoilà à arpenter les ruelles sombre de Busan pour me rendre à ce fameux jimjilbang. Vu que j’avais grave la dalle, je décide de me faire un restau avant de m’y rendre, car la réceptionniste m’avait dit qu’il était interdit de ressortir une fois qu’on avait payé pour 24h au jimjilbang.

A l’entrée du restaurant, il faut poser ses chaussures. Deuxième surprise, les gens fument à l’intérieur (comme au Japon en fait). Je m’installe à une table à côté d’une fille occidentale. On commence à discuter, elle est canadienne et vient donner des cours d’anglais en Corée pour un an. Je lui parle du Jimjilbang et coup de bol, elle sait où ça se trouve et décide de m’accompagner.

A partir de là je dois vous avouer que la Corée du Sud commençait à me plaire même si je n’avais pas trouvé d’hôtel:  les couleurs des néons, l’ambiance… Finalement avant d’aller au jimjilbang on décide d’aller boire quelques boissons coréennes sur la plage, du Soju et du Makgeolli (je parlerais de l’alcool en Corée plus tard mais sachez que c’est très spécial).

On se rend ensuite tout en haut d’un immeuble en bord de plage où se trouve le spa: je dis au revoir à ma nouvelle amie canadienne, je paye l’entrée au spa pour une durée de 24h et confie mon sac à la réception. On me donne une serviette, une clé de casier et… un pyjama jaune.

Dès le début je galère car je ne savais pas quel casier allait pour quoi. Le premier était en fait pour mettre les chaussures (évidemment). Je monte un étage, et là… ben pas le choix, il a fallu se désaper. Un français tout nu comme un vers au milieu des coréens, aussi tout nus. Ça fait bizarre au début. Le plus chiant était de savoir dans quel ordre il fallait procéder pour la douche/piscine puis savoir où je pouvais aller, car c’est super grand à l’intérieur. Il y a des piscines froides/tièdes/bouillantes, des saunas sec, etc… Pour des raisons évidentes je n’ai pas pris de photos.

Je fais mon petit tour tranquilou dans les bassins, c’est froid, c’est chaud, c’est rigolo. Puis direction les vestiaires ou je croise un autre occidental, et bien évidemment on a discuté.

A ce moment là on parlait l’air de rien genre « salut, tu viens d’où », « qu’est-ce que tu fais en Corée », mais ça devait se voir qu’on avait l’air gêné d’avoir le zgeg au vent, si vous me permettez l’expression. C’était un allemand qui était venu en Corée avec son université, ou quelque chose dans le genre, je ne me rappelle plus exactement (d’où l’importance de prendre des notes pour un blog !).

On décide de se rejoindre à l’étage dans la salle commune.

Je pars de mon côté, et vu que je suis curieux, je décide d’emprunter des escaliers pour aller voir ce qu’il y a dans le coin. Je jette un oeil vite fait par une porte et j’aperçois plein de monde, tous habillés en pyjama. A ce moment là j’avais toujours les fesses à l’air. Dans la cage d’escalier. J’ai descendu les marches quatre par quatre pour retourner au vestiaire, rouge comme une tomate: dans ma tête je me disais que quelqu’un aurait pu me voir à poil, et que j’aurai du expliquer à la police coréenne ce que je foutais là, perdu dans le jimjilbang. Ils m’auraient passé de l’autre côté de la frontière en Corée du Nord sans aucun doute.

J’enfile vite fait mon pyjama et prend mon appareil photo.

Jaune pour les mecs, rose pour les filles

A l’étage il y a une immense salle commune avec des TV et pleins de monde posé sur des matelas que l’on peut emprunter. On peut même y acheter à manger.

Je retrouve mon collègue allemand avec ses potes, et me pose vers eux pour discuter. Plus tard, je me rend dans une pièce où il y a moins de lumière et où tout le monde dort par terre, où je m’endors au milieu des ronflements.

Je me réveille le matin, bien content d’avoir pu trouver un endroit où dormir. Et voilà la vue (pas mal pour une première nuit en Corée du Sud):

Vue depuis le jimjilbang

La leçon qu’il faut retenir de cette histoire (ou plutôt les leçons):

  • Mieux vaut réserver un hôtel à l’avance quand on débarque dans un pays inconnu
  • Même si on ne trouve pas d’hôtel il y a toujours moyen de se débrouiller, et au final ça fait des bonnes histoires à raconter (j’aurais pu aussi dormir sur la plage, la Corée du Sud c’est safe comme pays)..
  • On à le droit d’être à poil dans un jimjilbang, mais il ne faut pas aller fouiner n’importe où.
Tags: jimjilbang corée du Sud, logement pas cher busan, se loger pas cher en corée du sud, dormir dans un spa coréen,

About the Author

Mat

Créateur de Noobvoyage.fr

5 Comments on "Premières impressions en Corée du Sud"

  1. Le zgeg au vent m’a bien fait marré (l’expresssion), riche expérience en tout cas non? ;)

    • ha ça oui, ça fait une bonne expérience c’est sur. Je raconterais plus tard ma première fois dans un spa à ciel ouvert à Taiwan.

  2. Hello Mathieu,

    Ton anecdote de voyage m’a bien fait rire. J’ai l’impression qu’il n’ y a qu’en France ou tu peux aller dans les saunas en maillot de bain.
    En Slovénie, nous nous sommes retrouvés dans un jacuzzi et dans un sauna avec des gens tout nu autour de nous. En plus, dans ces thermes, c’était mixte.
    Les slovènes n’ont pas appréciés de nous voir en maillot de bain….

  3. Salut,
    bien marrante comme anectode et c’est clair que ça fait un sacré souvenir à raconter!

    Sinon, j’aurais une question pratique, combien t’as coûté ton aller en ferry et te souviens tu de la compagnie que tu as utilisé?

    • Salut !

      J’ai payé exactement 10500 Yen pour Fukuoka-Busan. Il me semble que la compagnie était la JR Beetle mais je ne suis pas sûr. Le trajet a duré environ 6h.

Leave a comment

Your email address will not be published.


*


error: Content is protected !!